mer d'huile au port

2015, dernières belles lumières impressionnistes

  Je continue dans la veine de ce travail que j'ai entamé il y a 3 ou 4 ans, sur un mélange de figuratif et d'impressionnisme dans le même cliché, car faisant la part belle, parfois même dominante, aux reflets dans l'eau, avec divers effets :

- rappel de formes et de couleurs proches, mais déformées, ex : barques/barques

- évocations provençales complémentaires : barques réelles, opposées à ciel, immeubles ou élément de port uniquement réfléchis

- complicités par des dominantes de teintes qui s'évoquent les unes les autres, dans la réalité et dans les reflets

  Et voilà, je vous parlais précédemment d'"une autre moisson à vous offrir", à l'aide notamment du 300 mm f5,6 manuel, compact, léger et de qualité que j'ai à présent à disposition. Je rappelle aux non initiés qu'un objectif de très longue focale permet de grossir et/ou d'isoler des éléments dans une vue, ce qui est particulièrement adapté à une application sur des bateaux à la fois à quai et à distance. Ce nouveau recueil, c'est à présent chose faite, réalisée sur le petit port de La Madrague de Saint Cyr, puis à La Ciotat, avec la particularité  d'une lumière uniformisée sur cette dernière localité, par un ciel légèrement voilé ; avantage : peu d'ombres portées, ce qui mettait reflets, barques et environnement sur un même pied d'égalité de luminance, amplifiant l'effet "écho" de taches de couleurs proches entre elles, d'un sujet et d'un plan à l'autre.

Je vous invite à découvrir cette nouvelle livraison par ce lien :

 

Lumières fin novembre

Lire la suite

Reflets de Provence, bis

  Peut-être vous souvenez-vous de ce que j'avais précédemment qualifié "d'impressionisme des scènes en eau calme" ; et bien, sur ce thème, j'ai remis ça à Sanary, en cette fin septembre 2015. Et je ne résiste pas à vous le dire, dans cette approche, 2 ou 3 photos frisent l'exceptionnel.

  A voir donc ici :

Sanary septembre 2015

Lire la suite

Reflets de Provence

  Meuhhhhhhhhhhh non, je ne l'avais pas oublié, ce brave site web. Et donc, coucou, je suis de retour, car j'avais des choses intéressantes à vous montrer. D'autant que cette idée de travailler sur "l'impressionisme des scènes en eau calme" m'intéresse de plus en plus, donc je ne résiste pas au plaisir de vous livrer le résultat d'expériences contemporaines de cet hiver.

  Donc, profitez, profitez, et regardez là :

Reflets en Provence

Lire la suite

Le meilleur de cette fin de saison : La Ciotat ?

  J'ai beaucoup de goût pour La Ciotat, et vois avec plaisir le surgissement de cette ville que j'évoquais dans mon livre, et qui maintenant se concrétise presque complètement. Elle se sort de son embarras de travaux, mais malheureusement, son nouveau cadre est assez bétonnesque, et pas suffisament verdi par des étendues de jardins et de plantations, spécialement sur ses bords de mer. Néanmoins, le résultat est élogieux, et la ville a gagné en calme, en majesté et en propreté ; en standing, comme on disait il y a quelques décennies. D'autant que mes derniers passages me laissent le souvenir de bateaux de plus en plus luxueux et de plus en plus grands stationnés dans la zone de réfection située de l'autre côté du port quand on arrive de Saint Cyr par l'Est, ou de Cassis. Car pour moi, tout tourne autour du vieux port comme centre d'intérêt de premier plan dans cette localité et, contrairement à beaucoup, la proximité des grandes grues ne m'y dérange pas. Au contraire, je trouve que ces silhouettes qui s'élèvent sont des sortes de sculptures volontairement brandies vers le ciel, qui meublent le vide face au plein des façades du vieux port, rendent hommage à la beauté des lieux, et en réalité, ne la déparent pas.

  Je n'avais pas été sur ce port bien souvent en été. Mal m'en avait pris, car ce rassemblement particulièrement dense de pointus et d'immeubles anciens, agencés en une succession seulement interrompue par la majestueuse église Notre Dame, est une réjouissance de lumières et de couleurs : très vives sur les bateaux, pastel, sur les façades. En un peu plus d'une heure, allant d'une darse et d'un ponton à l'autre, j'ai pu mitrailler tous ces vieux bateaux si amoureusement laqués à m'en faire une collection complète de magnifiques souvenirs en image en une seule fois. Avec le blanc qui les domine, ils semblent sourire au soleil, et cela leur va bien. Bravo à leurs propriétaires et aux associations comme les calfats de l'Escalet qui se mettent en peine pour les garder en cet état de véritable apparat. Qui plus est, si l'on veut un jour s'initier à l'art de la capture de reflets de bateaux ou de constructions provençales traditionnelles, et bien, on ne passera pas sur des bancs d'école rassemblés dans une salle fermée, mais au contraire, on parcourera inlassablement des hectomètres de plancher en bois de pontons à l'air libre qui s'insinuent au milieu d'un enchevêtrement de vieilles barques réjouisssantes et joyeuses, enclavé dans la vieille ville de La Ciotat. Et on se penchera avec gourmandise sur le calme des eaux du port et leur pellicule d'impressionnisme répandue à leur surface.

  Peu après, je suis retourné sur place pour flâner entre ce port et le casino, et en supplément, je vous livre des photos captées en fin de journée également, mais après la séquence évoquée ci-dessus, avec la mer toujours bien présente, et le spectacle des hommes et de leurs embarcations toujours vivace et renouvellé, sous l'oeil réjoui par avance, et l'objectif, du photographe.

La Ciotat sept 2014

Le réflex du pro doit devenir de poche !

 Le matériel photo n'est pas un produit qui doit être spécialement sorti pour tel ou tel motif. Un bon appareil aujourd'hui, c'est celui qui permet de saisir le bon moment, au bon endroit, sans que l'emport du matériel ait auparavant donné lieu à la préparation d'une véritable expédition.

 C'est cette disposition qui m'avait conduit à avoir avec moi mon Nex 7 quasi de poche, me permettant une moisson de nouveaux clichés à l'occasion de visites de revendeurs, sur les bords des vieux ports de Cassis, La Ciotat et Bandol, sur la côte de Saint Cyr en cet été 2013. Pour cela, un zoom télescopique 16 - 50 utilisé aux bonnes focales ou le Sigma 19 mm monté sur le boîtier, et ces ensembles boîtier + une optique au choix font merveille tout en restant dans la limite des 500 g et de la dimension d'une grand poche de blouson.

 Le paysagiste, c'est un reporter de son environnement, surtout lorsqu'il est fou de belles lumières qui ne s'éternisent pas : une demi-heure de plus, et l'eau qui offrait de fantastiques reflets se trouble pour cause de vent qui se lève, de trafic bateau qui s'ébroue, de nuages pas prévus au programme, mais qui, néanmoins, s'y inscrivent sans avoir demandé votre permission. En conséquence, le reporter de paysage et de lumière doit être comme le scout dans le service : toujours prêt.

 Sinon, c'est que sa flamme s'est éteinte, sa passion s'est usée, il est grand temps pour lui de passer la main. Autant s'essayer à la cuisine, c'est à la mode et ça peut rapporter gros ; ou à la bourse : ça se joue dans un fauteuil, c'est physiquement sans exigence aucune, et l'on peut espérer de belles plus-values sans risques délirants. Et côté émotions, on peut être servi. Mais pour moi, les plus fortes sont parmi celles que j'ai eu à immortaliser ce que vous pouvez voir ici. Sans regret donc, ni pour la cuisine, ni pour la bourse.

Lien vers l'album des inédits de l'été 2013


×